appel apf et faire-face

Pétition : l’APF et CH(S)OSE relancent le débat sur la sexualité des personnes handicapées en France

appel apf et faire-faceDeux grands acteurs dans le domaine du handicap en France lancent un appel en faveur de l’assistance sexuelle pour les personnes en situation de handicap. Un événement qui relance la discussion au sujet de la proposition de loi présentée par le député de la Loire qui avait été ajournée suite à la réaction épidermique de Roselyne Bachelot.

Avec plus de 1200 signatures à ce jour, la pétition montre de façon indiscutable que le débat sur la sexualité des personnes handicapées et plus précisément au sujet de l’assistance sexuelle doit reprendre dans le pays, et tous les partis doivent avoir l’occasion de s’exprimer librement :

Accepteriez-vous une vie sans relation sexuelle, alors que vous en avez le désir ? Accepteriez-vous, alors que c’est votre souhait, de ne pas connaître votre corps dans ce qu’il a de plus intime, de ne pas connaître celui de l’autre ? […] C’est maintenant à chacun de prendre position.

Prendre position, c’est précisément ce qu’a fait Roselyne Bachelot, ministre des Solidarités et de la Cohésion sociale, avec une réaction pour le moins épidermique :

Vous pensez que la ministre en charge du droit des femmes va se tenir un truc pareil ! […] J’y suis rigoureusement, formellement, totalement opposée. […] Soit cela relève du bénévolat et de relations interpersonnelles et on n’a pas à intervenir, soit ce sont des relations rémunérées en échange d’un service sexuel, cela porte un nom, cela s’appelle de la prostitution.

Des propos méprisants qui mettent en avant la cause féministe (tout à fait respectable) en mettant de côté une catégorie complète, celle des femmes handicapées privées de vie affective et sexuelle, du fait de leur pathologie.

François Crochon, qui a travaillé à la formation dans le cadre du service AVAS (accompagnement à la vie sexuelle des personnes en situation de handicap) de Handicap International, à une vision de l’assistance sexuelle plus posée et constructive :

Il s’agit de mettre en place une pratique extrêmement minoritaire et extrêmement encadrée. Nous ne souhaitons pas en France des assistants sexuels libéraux mais des assistants rattachés à un service d’accompagnement sexuel qui comprendrait d’autres professionnels dont un sexologue qui aurait un rôle d’orientation.

L’objectif des organismes en faveur de l’assistance sexuelle est de proposer une solution, un choix librement consenti entre deux adultes. Une formation et des critères de recrutement rigoureux doivent être définis, tout comme le tarif et l’aide apportée à la personne (toilette, déshabillage, installation au lit, rhabillage…)

Signature de la pétition en faveur de l’assistance sexuelle pour les personnes handicapées en France et informations complémentaires

handicap : agression sexuelle sur les hommes

Aux États-Unis, quatre fois plus d’abus sexuels sur les hommes handicapés que les hommes valides

handicap : agression sexuelle sur les hommesL’American Journal of Preventive Medicine a publié une étude qui indique que les hommes en situation de handicap sont quatre fois plus susceptibles d’être victimes d’agressions sexuelles que les hommes valides. Une statistique troublante qui contraste avec l’image habituelle présentant les risques d’abus sexuels comme étant beaucoup plus élevés chez les femmes.

13,9 % des hommes en situation de handicap ont déclaré avoir subi des violences sexuelles, comparativement à 12,4 % des femmes valides et 3,7 % des hommes valides. Monika Mitra, qui travaille à l’Université du Massachusetts et a dirigé cette étude, annonce :

Le résultat le plus notable est que […] les taux [de prévalence de la violence sexuelle] pour les hommes handicapés ont dépassé ceux des femmes non handicapées au cours des dernières années.

L’étude a pris en compte les abus sexuels dans le cadre de l’intimité, mais également en dehors de ce contexte, ce qui la rend encore plus crédible et tristement intéressante. Monika Mitra commente à ce sujet :

Cette étude a également élargi la recherche de cette victimisation contre les hommes handicapés au-delà du contexte d’un partenaire intime. Cela est particulièrement pertinent pour les personnes handicapées, puisque les études antérieures ont suggéré qu’elles étaient particulièrement susceptibles de subir des abus de la part des soignants et autres préposés pour les soins personnels, en plus des partenaires intimes.