cfj

Un reportage télévisuel sur les enjeux de l’assistance sexuelle en France

cfjHélène Renaux, journaliste en formation au CFJ à Paris, travaille sur l’enjeu de l’assistance sexuelle en France et souhaiterait réaliser un reportage télévisuel dans le cadre de sa formation, en format long pour analyser la nécessité de l’assistance sexuelle et les causes du blocage actuel dans notre pays.

Elle a d’ores et déjà pu interviewer Mme Diserens, sexopédagogue qui travaille en Suisse, ainsi que Mme Ribes de l’association CH(s)OSE. Elle souhaite rencontrer le maximum de personnes liées à l’assistance sexuelle pour en comprendre au mieux les enjeux.

Si vous pensez être directement concerné par l’objet de cette demande, vous pouvez prendre contact avec Hélène Renaux par e-mail : renaux.helene@gmail.com ou par téléphone au 06.71.49.35.60. Nous remercions également celles et ceux qui diffuseront cette information à leur réseau.

Merci à Marie-Antoinette qui nous a transmis cet appel à témoins !

intouchables : sexualité et handicap

Intouchables démystifie le sujet de la sexualité des personnes handicapées

intouchables : sexualité et handicapIntouchables sera définitivement le film de l’année. Dans les salles depuis le 2 novembre, le film réalisé par Eric Toledano et Olivier Nakache affole les box office avec déjà plus de 9 millions d’entrées, ce qui le place au 11ème rang des films français les plus vus, devant le phénoménal Dîner de Cons. Au-delà du grand divertissement, Intouchables aborde de nombreux sujets relatifs au handicap, notamment la sexualité.

Intouchables c’est l’histoire de deux hommes que tout oppose : Philippe, un aristocrate plein aux as qui se retrouve tétraplégique après un accident de parapente et Driss, un jeune de banlieue à peine sortie de prison, indiscipliné et d’une grande spontanéité. Envers et contre tout, Philippe embauche Driss pour s’occuper de lui au quotidien et le télescopage de ces deux univers crée une comédie à plusieurs niveaux de lecture autour de la thématique constante du handicap.

La pédagogie par l’humour et la générosité, une stratégie particulièrement efficace dans Intouchables. Des personnages hilarants, un humour constant à travers les vannes des protagonistes donnent aux spectateurs l’opportunité de considérer le handicap sous un jour nouveau, sans pitié ni voyeurisme en train de compassion. Pour autant les réalisateurs n’ont pas évité les débats liés au handicap : la dépendance, le regard des autres, le recrutement des auxiliaires de vie (et leur absence de formation), la peur de la différence mais également la sexualité des personnes handicapées.

Philippe est tétraplégique, de ce fait il n’a aucune sensation dans une grande partie de son corps, notamment les organes sexuels. Dans un premier temps, Driss s’interroge sur ses capacités et son intérêt à avoir une vie sexuelle. Philippe présente ses propres ressources de plaisir sensuel, en l’occurence les oreilles et très vite la situation évolue de façon très intéressante (nous n’en dirons pas plus, par respect pour les lecteurs qui n’ont pas encore vu le film).

Intouchables : on rit du début à la fin, on est touchés par ce sentiment de solidarité mutuelle entre les deux personnages principaux et les séquences s’enchaînent avec une fluidité exemplaire. Cerise sur le gâteau, le film remporte avec succès le challenge de la sensibilisation du grand public à la sexualité et la parentalité (Philippe a une fille), entre autres, des personnes handicapées.

logo NRJ12

NRJ12 : l’émission « Tellement Vrai » recherche une personne handicapée en couple avec une personne valide

logo NRJ12Il semble bien que la société de production de Jean-Luc Delarue, Réservoir prod, s’intéresse de plus en plus à la sexualité et la parentalité de personnes handicapées ! Nous avons été abordés par une journaliste du groupe qui lance un appel à témoins auprès des personnes en situation de handicap qui sont en couple avec une personne valide.

Il y a un mois, nous étions contactés pour diffuser un appel à témoins à destination des hommes handicapés qui souhaitent devenir père à tout prix, dans le cadre d’un reportage diffusé sur M6. Aujourd’hui c’est au sujet de l’émission « Tellement Vrai » sur NRJ12 que nous sommes mis à contribution ! Il s’agit cette fois de recueillir le témoignage d’une personne handicapée, homme ou femme, en couple avec une personne valide.

Une occasion rêvée de faire la pige aux clichés sur l’amour et le handicap ! Nous espérons que vous serez nombreux à contacter la journaliste et à diffuser cette information. Si vous préférez, vous pouvez nous faire part de votre envie de participer à l’émission dans les commentaires de cet article, que nous ne manquerons pas de relayer à Karine.

Je suis Karine, journaliste pour la société Réservoir prod, pour laquelle je réalise un documentaire pour l’émission « Tellement vrai » diffusée sur NRJ12.

L’idée est de dresser un portrait (80 minutes) de quatre personnes sur le thème : Trouver l’amour quand on est « différent » aux yeux de la société.

Pour ce reportage je recherche un homme ou une femme handicapé(e) en couple avec une personne non handicapée.

Au travers de ce reportage, nous souhaiterions répondre à certaines questions telles que : Handicapés de naissance ou victimes d’accidents, physiquement affaiblis et parfois dépendants, comment concilier vie de couple et handicap ?

Quelle vie amoureuse peut-on avoir quand on est en fauteuil roulant ou amputé ? Comment accepter d’être aimé quand on ne se croit plus capable de séduire ? Quelle vie de famille peut-on construire quand on est invalide ?

Quelques éléments de réponse que des personnes valides nous raconteront comment l’amour leur a permis de surmonter le handicap de leur conjoint. Des personnes handicapées nous expliqueront que handicap et vie de couple épanouie ne sont pas incompatibles même s’il n’a pas toujours été facile de trouver l’âme sœur.

Si vous êtes intéressée pour collaborer à ce reportage et pour plus de détails, vous pouvez me joindre au 01.53.84.29.56 ou par mail kchevalier@reservoir-prod.fr

journal tele france 2

Un reportage sur l’assistance sexuelle dans le JT de 20h sur France 2

journal tele france 2France 2 a proposé dans l’édition du 10 avril 2011 du journal télé de 20h présenté par Laurent Delahousse un reportage de plusieurs minutes dédié à la sexualité des personnes handicapées et plus particulièrement le sujet tabou de l’assistance sexuelle.

Pendant ces cinq minutes diffusées à heure de grande écoute, le reportage présente la situation de quelques personnes handicapées et pose la question de savoir si elles ont droit de vivre leur désir et d’accepter à la sexualité dont elles sont privées par leur pathologie.

Point sur l’absence de loi en vigueur en France, présentation des solutions proposées par les pays frontaliers comme la Suisse où l’assistance sexuelle est autorisée est rigoureusement réglementée, interviews de personnes handicapées, d’un sexologue et d’un assistant sexuel homme en Suisse sur la thématique de la sexualité… Toutes les facettes de la sexualité pour les personnes en situation de handicap sont abordées.

Bien qu’il ne traite pas le sujet en détail, ce reportage est très important pour l’évolution du regard porté sur les personnes handicapées. Il pointe du doigt les sujets tabous comme la sexualité et même la parentalité (une des personnes interviewées évoque rapidement le fait qu’elle a eu un enfant malgré le handicap) et les présente de façon objective, sans a priori ni complaisance malsaine.

asbbf namur

Spina bifida : vie affective et sexuelle. Echanges, discussions et formation en Belgique

asbbf namurL’association spina bifida belge francophone (ASBBF) organise à Namur en Belgique trois matinées (1er octobre 5 novembre et 26 novembre 2011) dédiées à l’échange, la formation et la discussion avec pour thème : « Accompagner la vie intime, affective et sexuelle des jeunes et des adultes concernés par le spina bifida ».

Animées par la sexologue et créatrice du Service d’Accompagnement de la Vie Affective et Sexuelle de Handicap International  Sheila Warembourg, ces sessions visent plus particulièrement les parents et intervenants concernés par la vie affective et sexuelle des jeunes et adultes touchés par le spina bifida. Le contenu des échanges abordera six thématiques majeures :

  • Réflexion à partir des situations rencontrées,
  • Repères sexologiques et psychologiques,
  • Considérations spécifiques liées aux conséquences physiologiques du spina bifida,
  • La place de l’intime quand le corps est dépendant des soins,
  • Possibilités d’éducation, information et de sensibilisation : l’enfance, l’adolescence et l’âge adulte,
  • Formulation de projets de relations de couple, intimité dans le couple et parentalité.

Le nombre de places est limité à 20 personnes, les sessions auront lieu de 9h30 à 12h30. La participation est de 10 € pour les membres de l’ASBBF, 15 € pour les personnes non membres et 25 € pour les professionnels. Pour plus d’informations pratiques ou téléchargements du formulaire d’inscription, vous pouvez consulter le site de l’ASBBF.

appel apf et faire-face

Pétition : l’APF et CH(S)OSE relancent le débat sur la sexualité des personnes handicapées en France

appel apf et faire-faceDeux grands acteurs dans le domaine du handicap en France lancent un appel en faveur de l’assistance sexuelle pour les personnes en situation de handicap. Un événement qui relance la discussion au sujet de la proposition de loi présentée par le député de la Loire qui avait été ajournée suite à la réaction épidermique de Roselyne Bachelot.

Avec plus de 1200 signatures à ce jour, la pétition montre de façon indiscutable que le débat sur la sexualité des personnes handicapées et plus précisément au sujet de l’assistance sexuelle doit reprendre dans le pays, et tous les partis doivent avoir l’occasion de s’exprimer librement :

Accepteriez-vous une vie sans relation sexuelle, alors que vous en avez le désir ? Accepteriez-vous, alors que c’est votre souhait, de ne pas connaître votre corps dans ce qu’il a de plus intime, de ne pas connaître celui de l’autre ? […] C’est maintenant à chacun de prendre position.

Prendre position, c’est précisément ce qu’a fait Roselyne Bachelot, ministre des Solidarités et de la Cohésion sociale, avec une réaction pour le moins épidermique :

Vous pensez que la ministre en charge du droit des femmes va se tenir un truc pareil ! […] J’y suis rigoureusement, formellement, totalement opposée. […] Soit cela relève du bénévolat et de relations interpersonnelles et on n’a pas à intervenir, soit ce sont des relations rémunérées en échange d’un service sexuel, cela porte un nom, cela s’appelle de la prostitution.

Des propos méprisants qui mettent en avant la cause féministe (tout à fait respectable) en mettant de côté une catégorie complète, celle des femmes handicapées privées de vie affective et sexuelle, du fait de leur pathologie.

François Crochon, qui a travaillé à la formation dans le cadre du service AVAS (accompagnement à la vie sexuelle des personnes en situation de handicap) de Handicap International, à une vision de l’assistance sexuelle plus posée et constructive :

Il s’agit de mettre en place une pratique extrêmement minoritaire et extrêmement encadrée. Nous ne souhaitons pas en France des assistants sexuels libéraux mais des assistants rattachés à un service d’accompagnement sexuel qui comprendrait d’autres professionnels dont un sexologue qui aurait un rôle d’orientation.

L’objectif des organismes en faveur de l’assistance sexuelle est de proposer une solution, un choix librement consenti entre deux adultes. Une formation et des critères de recrutement rigoureux doivent être définis, tout comme le tarif et l’aide apportée à la personne (toilette, déshabillage, installation au lit, rhabillage…)

Signature de la pétition en faveur de l’assistance sexuelle pour les personnes handicapées en France et informations complémentaires

handicap : agression sexuelle sur les hommes

Aux États-Unis, quatre fois plus d’abus sexuels sur les hommes handicapés que les hommes valides

handicap : agression sexuelle sur les hommesL’American Journal of Preventive Medicine a publié une étude qui indique que les hommes en situation de handicap sont quatre fois plus susceptibles d’être victimes d’agressions sexuelles que les hommes valides. Une statistique troublante qui contraste avec l’image habituelle présentant les risques d’abus sexuels comme étant beaucoup plus élevés chez les femmes.

13,9 % des hommes en situation de handicap ont déclaré avoir subi des violences sexuelles, comparativement à 12,4 % des femmes valides et 3,7 % des hommes valides. Monika Mitra, qui travaille à l’Université du Massachusetts et a dirigé cette étude, annonce :

Le résultat le plus notable est que […] les taux [de prévalence de la violence sexuelle] pour les hommes handicapés ont dépassé ceux des femmes non handicapées au cours des dernières années.

L’étude a pris en compte les abus sexuels dans le cadre de l’intimité, mais également en dehors de ce contexte, ce qui la rend encore plus crédible et tristement intéressante. Monika Mitra commente à ce sujet :

Cette étude a également élargi la recherche de cette victimisation contre les hommes handicapés au-delà du contexte d’un partenaire intime. Cela est particulièrement pertinent pour les personnes handicapées, puisque les études antérieures ont suggéré qu’elles étaient particulièrement susceptibles de subir des abus de la part des soignants et autres préposés pour les soins personnels, en plus des partenaires intimes.

colloque : sexualité handicap à Nancy

Colloque sur la sexualité et le handicap à Nancy

colloque : sexualité handicap à NancyLe Conseil Général de Nancy accueille le jeudi 6 octobre le colloque régional du collectif handicap 54 et de l’URIOPSS Lorraine avec pour thématique : « Sexualité & handicap, et si on en parlait ? » Conférence, débats, tables rondes et enquêtes sont au programme.

La Meurthe-et-Moselle et un département modèle en matière de prise en compte du handicap. On y trouve de nombreux services à la personne (auxiliaires de vie à domicile, transports adaptés…) Et la MDPH54 est une des références nationales à ce jour.

Le colloque abordera sereinement le sujet de la sexualité des personnes en situation de handicap, des témoignages et discussions vont être organisés entre professionnels, associations et personnes handicapées.

Programme du colloque Sexualité et Handicap à Nancy

  • 9h – Ouverture du colloque : Michel Dinet, président du Conseil Général de Meurthe-et-Moselle, représenté par Michèle Pilot ; Nathalie Trabucco Henneman, membre du Colletif Handicap 54
  • 9h30 – Conférence : « L’évolution du handicap dans la société et l’évolution de la sexualité. La compensation sexuelle, pourquoi en parler maintenant ? » Henri-Jacques Stiker, rédacteur en chef de la revue Alter, revue européenne de recherche sur le handicap, European journal of Disability Research
  • 10h15 – Table ronde: « Personnes en situation de handicap, et si on les écoutait parler de sexe ? » Introduction et conclusion par le Professeur Michel Mercier, Faculté universitaire Notre-Dame de la paix, Faculté de médecine de Bruxelles, département de psychologie. Intervenants à la table ronde :
    • une personne handicapée en couple
    • une personne handicapée célibataire
    • une personne handicapée moteur
    • une personne handicapée psychique
    • un parent de personnes handicapées

    Animation par Brigitte Hennequin, directrice de l’AGI et du GIHP

  • 11h30 – Débat avec la salle
  • 12h – Présentation des résultats de l’enquête réalisée en Lorraine auprès de professionnels. Intervention de Stéphane Voinson, psychologue et directeur d’Espoir 54
  • 12h30 – Déjeuner sur place
  • 13-30 – Conférence : « Sexualité : cadre légal de l’accompagnement« . Jean-Baptiste Thierry, Maître de conférences de droit privé, MSII Lorraine
  • 14h – Table ronde: « Professionnels et sexualité : une confrontation au quotidien« . Intervenants à la table ronde :
    • un directeur d’établissement
    • une auxiliaire de vie
    • un infirmier

    Animation par Vincent Harel

  • 14h50 – Débat avec la salle
  • 15h20 – Conférence : « Assistant sexuel : pour quelle fonction et avec quelle éthique ? » Pascal Prayez, Docteur en psychologie, certifié en assistance sexuelle
  • 16h – Débat avec la salle
  • 16h30 – Synthèse des échanges et conclusions du colloque. Louis Bonet, président du GIHP et membre du groupe de travail du CNCPH  » Sexualité, handicap et vie collective ».

Tarifs et coordonnées

  • Personnes en situation de handicap/famille/étudiants/accompagnant : 12€ (prix du repas)
  • professionnels (repas inclus) : de une à quatre personnes : 45 € par personne ; de cinq à huit personnes : 40 € par personne ; plus de huit personnes : 35 € par personne

Hall du Conseil Général
48 rue du Sergent Blandan
54000 Nancy

sexualite et handicap

Avoir une vie sexuelle et/ou être parent quand on a un handicap

sexualite et handicapSEPAPH.com aborde la thématique de la sexualité et de la parentalité des personnes handicapées, sans complexe et sans a priori. Si le premier sujet commence à être relayé dans les médias, notamment au sujet de la polémique sur le droit à l’assistance sexuelle, la possibilité d’être parent quand on est porteur d’un handicap est très rarement traitée.

Nous allons vous proposer un contenu de qualité qui sera mis à jour régulièrement à propos de la sexualité et du handicap : diffusion et analyse de l’actualité, suivi médical, aides envisageables, accompagnement, interviews

La parentalité n’est pas en reste, bien au contraire ! Nous allons publier fréquemment de l’information qui concerne les personnes handicapées dans le désir d’être parents ou qui le sont déjà : consultation génétique, spécificité de la grossesse pour les femmes en situation de handicap, trucs et astuces…

SEPAPH.com est destiné à tous les publics : personnes en situation de handicap, décideurs politiques, adultes, enfants et adolescents, proches de personnes handicapées qui s’intéressent à notre domaine de compétence… Aucun contenu à caractère pornographique ne sera publié !