intouchables : sexualité et handicap

Intouchables démystifie le sujet de la sexualité des personnes handicapées

intouchables : sexualité et handicapIntouchables sera définitivement le film de l’année. Dans les salles depuis le 2 novembre, le film réalisé par Eric Toledano et Olivier Nakache affole les box office avec déjà plus de 9 millions d’entrées, ce qui le place au 11ème rang des films français les plus vus, devant le phénoménal Dîner de Cons. Au-delà du grand divertissement, Intouchables aborde de nombreux sujets relatifs au handicap, notamment la sexualité.

Intouchables c’est l’histoire de deux hommes que tout oppose : Philippe, un aristocrate plein aux as qui se retrouve tétraplégique après un accident de parapente et Driss, un jeune de banlieue à peine sortie de prison, indiscipliné et d’une grande spontanéité. Envers et contre tout, Philippe embauche Driss pour s’occuper de lui au quotidien et le télescopage de ces deux univers crée une comédie à plusieurs niveaux de lecture autour de la thématique constante du handicap.

La pédagogie par l’humour et la générosité, une stratégie particulièrement efficace dans Intouchables. Des personnages hilarants, un humour constant à travers les vannes des protagonistes donnent aux spectateurs l’opportunité de considérer le handicap sous un jour nouveau, sans pitié ni voyeurisme en train de compassion. Pour autant les réalisateurs n’ont pas évité les débats liés au handicap : la dépendance, le regard des autres, le recrutement des auxiliaires de vie (et leur absence de formation), la peur de la différence mais également la sexualité des personnes handicapées.

Philippe est tétraplégique, de ce fait il n’a aucune sensation dans une grande partie de son corps, notamment les organes sexuels. Dans un premier temps, Driss s’interroge sur ses capacités et son intérêt à avoir une vie sexuelle. Philippe présente ses propres ressources de plaisir sensuel, en l’occurence les oreilles et très vite la situation évolue de façon très intéressante (nous n’en dirons pas plus, par respect pour les lecteurs qui n’ont pas encore vu le film).

Intouchables : on rit du début à la fin, on est touchés par ce sentiment de solidarité mutuelle entre les deux personnages principaux et les séquences s’enchaînent avec une fluidité exemplaire. Cerise sur le gâteau, le film remporte avec succès le challenge de la sensibilisation du grand public à la sexualité et la parentalité (Philippe a une fille), entre autres, des personnes handicapées.

1 réponse

Trackbacks (rétroliens) & Pingbacks

  1. […] où, comme souvent, le cinéma (Intouchables, The Sessions) a déjà commencé à évoquer le sujet […]

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *